Comment se lancer dans le e-commerce sans se planter ?

liberte financiere

Comment se lancer dans le e-commerce sans se planter ?

Interview de Julien, E-commerçant, 100 000€ de chiffre d’affaires en 6 mois en partant de 0

(Publiée le 14 juin 2020, l’interview orale a été retranscrite à l’écrit pour plus de lisibilité, elle a été réalisée le 1er Mai 2020)

 
 

Moi : « Hello Julien ! On se connaît depuis un moment maintenant, et j’avais hâte que tu puisses partager tes résultats avec la communauté ! Est-ce que tu peux te présenter rapidement ? »

 

        Julien : Salut ! Oui, avec plaisir. Je m’appelle Julien, j’ai 22 ans et j’habite en Picardie. Je suis e-commerçant et en parallèle, je suis en CDI dans une banque, à plein temps. Pour résumer mon parcours : j’ai commencé à m’intéresser au e-commerce en 2018 mais je n’avais aucune compétence dans le domaine, alors je regardais des vidéos sur Youtube et les réseaux sociaux, mais sans réellement passer à l’action. 

        C’est en 2019 que j’ai finalement décidé d’investir dans une formation pour m’accompagner, car je n’y connaissais rien. J’ai fait la formation en ligne sur 6 semaines, le soir après le boulot, et ma première boutique a été rentable assez rapidement. Et c’est début 2020 que j’ai commencé à scaler (= terme utilisé dans le e-commerce pour signifier qu’on passe à l’étape supérieure, on change d’échelle) de manière exponentielle, même moi je n’en revenais pas !

 

Oui, je me rappelle que tu m’écrivais à ce moment-là et tu étais toi-même sous le choc d’une ascension aussi rapide ! Ce qui intéresse vraiment les gens, c’est de savoir combien tu gagnes, est-ce que tu peux nous partager ça ? Tu as commencé à dépasser les 1 000€ par jour au mois de février 2020, je crois ?

 

        Oui bien-sûr, actuellement j’ai deux boutiques qui tournent simultanément. Voici les screenshots de mes résultats en termes de chiffre d’affaires. Aujourd’hui nous sommes le 1er mai 2020, donc comme tu peux le voir sur la première photo, entre le 1er janvier et le 1er mai 2020, j’ai réalisé un peu plus de 60 000€ de chiffre sur la première boutique.

 

 

        Évidemment lorsqu’on a créé sa première boutique, ça devient bien plus simple de créer les suivantes, voici la 2ème boutique que j’ai créée, je l’ai lancée le 9 avril 2020, et comme tu peux le voir ici en un peu moins d’un mois j’ai pu réaliser environ 40 000€ de chiffre d’affaires.

 

 

        Et ce n’est que le début ! Car mon but est maintenant de créer ma propre marque en e-commerce !

 

Franchement bravo ! C’est super inspirant ! Est-ce qu’il faut investir beaucoup d’argent dans ses boutiques pour que ce soit rentable rapidement ? Tu y passes beaucoup de temps tous les jours ?

 

        Alors tu peux démarrer avec un capital de 500-1000€. Comme je l’ai dit, je suis salarié à plein temps à côté, donc je ne pouvais pas me permettre d’y passer mes journées. Ça me prenait au début environ 1 à 2h par jour. Et le e-commerce est un business qui permet de déléguer une grande partie de son activité au fur et à mesure et d’augmenter ses revenus sans pour autant augmenter considérablement ses heures de travail. Les heures que tu fais dépendent de ton objectif, tout simplement.

 

Quel est ton objectif avec le e-commerce, tu vas quitter ton travail ?

 

        Mon but à la base était simplement de créer un revenu complémentaire pour pouvoir voyager plus souvent et quand j’ai réalisé que ça fonctionnait, plus ça avançait et plus j’ai pris conscience que c’était devenu un business à part entière et non plus un simple passe-temps. J’ai pris le temps de faire le point et de chercher au fond de moi ce qui m’intéressait profondément pour les années à venir. J’ai compris que ce que je voulais c’était devenir libre, indépendant financièrement en voyageant dans le monde entier en inspirant le plus de personnes possible à travers le monde. J’ai d’ailleurs commencé à voyager, mon premier voyage c’était Rome il y a quelques mois, je suis parti en solitaire ! 

 
Voyage à Rome (2019)

        Et je sais qu’à 22 ans les décisions que je prends conditionneront tout le reste de ma vie. Je garde mon CDI actuellement uniquement pour investir dans l’immobilier plus facilement et pouvoir réinvestir l’intégralité de mes bénéfices dans mon business ! Mais je compte le quitter au moment où j’aurai stabilisé mes revenus avec des actifs et une ou plusieurs marques e-commerce.

        Mon objectif pour le 31 décembre 2020 est de créer une marque qui génèrera 1 million de chiffre d’affaires par mois avec au moins 15% de bénéfices.

 

Ton histoire est super inspirante. Quel conseil donnerais-tu aux gens qui lisent cette interview ?

 

        Alors franchement, formez-vous ! Je n’aurais jamais eu des résultats aussi fous si je n’avais pas investi dans une formation e-commerce. J’ai cherché partout sur internet la meilleure formation francophone avant de me décider puis tout comme toi Léa, j’ai démarré la formation de Yomi Denzel, et je pense que c’est la meilleure décision que j’ai prise de toute ma vie ! Le fait de démarrer cette formation va vous éviter de perdre un temps considérable à chercher des informations sur internet sans même être sûr de savoir si elles sont fiables. 

        Dans sa formation, toutes les informations dont vous avez besoin pour commencer un business e-commerce, puis de le scaler jusqu’à la lune, sont classées, testées et approuvées par de nombreuses personnes qui ont déjà des résultats !

        Le e-commerce est un business qui évolue rapidement, Yomi fait régulièrement des mises à jour de sa formation afin que les informations données soient le plus possible en phase avec l’actualité. J’ai personnellement démarré la formation lors de la mise en ligne de la première version, et en ce moment la formation en est à sa 3ème mise à jour gratuite et ça me permet de continuer d’avoir les informations en direct.

        Il y a beaucoup de formateurs sur YouTube et sur le web, et il ne faut pas se tromper lorsqu’on en choisit une. Ça peut faire toute la différence entre l’échec et le succès.

 

Yomi Denzel et Julien, pendant un séminaire e-commerce à Paris (2019)

 

Un dernier conseil à ajouter pour ceux qui veulent créer leur boutique ?

 

        Une dernière chose et je finirai par cela :

        Vous ne regretterez jamais d’avoir investi sur vous en démarrant une formation pour lancer un business alors que vous regretterez surement plus tard d’avoir eu conscience d’une opportunité sans avoir eu le courage de vous lancer. Les plus gros regrets que l’on a à la fin de nos jours sont ceux qui se portent sur les choses que l’on n’a pas osées. Vous êtes à une décision de changer votre vie.

 

        Julien et moi nous sommes rencontrés sur des groupes d’échanges via la meilleure formation e-commerce francophone européenne, celle de Yomi Denzel (à droite, photo ci-dessus) jeune autodidacte devenu millionaire grâce au e-commerce à l’âge de 21 ans.

Si le e-commerce t’intéresse, clique ici pour >Recevoir 3 vidéos gratuites de Yomi pour créer sa première boutique e-commerce rentable.

 

Tu peux retrouver Julien sur instagram @imtoffin
 
Viens me soutenir sur Youtube & suis mes aventures sur Instagram
Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager !

Si tu as besoin de plus d'informations, n'hésite pas à m'écrire !

Tu aimeras aussi :

Publié le

16 Juin 2020
LIBERTÉ FINANCIÈRE

4 MÉTHODES QUE LES PERSONNES QUI RECHERCHENT LA LIBERTÉ FINANCIÈRE DOIVENT CONNAÎTRE

Dans les prochaines lignes, tu vas avoir accès aux différentes stratégies que j’utilise pour travailler depuis mon ordinateur, tout en voyageant dans le monde entier Ah, la liberté financière ! Qui n’en a jamais rêvé ? Par quoi commencer ?

Publié le

14 Juin 2020
TANZANIE

COMMENT ORGANISER 15 JOURS DE ROAD TRIP EN TANZANIE ET PARTIR EN SAFARI ?

Si j’avais su à quel point la Tanzanie était une zone géographique de l’Afrique de l’Est aussi incroyable et que je placerais ce voyage dans mon top 3 des meilleurs pays visités sur plus de 30 à ce jour, je n’aurais pas attendu 28 ans pour le visiter !

Publié le

13 Juin 2020
MOTIVATION

SI J'AVAIS SU...

Lorsque j’étais petite, je voyais l’avenir comme une grande ligne tracée. Je ne pensais qu’à la liberté, aux grands espaces, aux chevaux. Je voulais mon ranch.